Le RADDO : Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis

L’APEB fait partie du réseau RADDO Qui est un réseau international d’associations actives au Maghreb et au Sahel.Pour la sauvegarde des Oasis et la promotion du développement durable, lire la suite

Né en novembre 2001, il est en lien étroit avec les acteurs locaux, il est présent en Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Mauritanie, au Tchad et au Niger

NAISSANCE DU RADDO

Né en novembre 2001, le Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis est un réseau international d’associations actives au Maghreb et au Sahel pour la sauvegarde des oasis et pour la promotion du développement durable en milieu oasien. Il est composé de membres de la société civile de Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Mauritanie, au Tchad et au Niger. Le CARI est son membre fondateur.
La création du RADDO répond à un cri lancé par les oasiens d’Afrique soucieux d’enrayer le déclin des oasis. Les mutations économiques, la migration et les changements climatiques ont engendré un dysfonctionnement de ces écosystèmes très riches. Conséquence : leur patrimoine social et culturel est aujourd’hui menacé.

CHRONOLOGIE DES FAITS MARQUANTS

  • 2001 : création du RADDO (Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis) en Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie
  • 2002 : ratification de l’Appel des oasis, texte fondateur du RADDO, lors du Sommet Mondial du Développement Durable à Johannesburg en 2002. Reconnaissance internationale de la problématique oasienne.
  • 2006 – 2011 : Le CARI est en charge du volet agroécologie dans le programme national de Sauvegarde des Oasis du Maroc.
  • 2008 – 2010 : Projet PACO1 (Programme d’Actions Concertées des Oasis)
  • 2011- 2012 : PACO2
  • 2012 : organisation de l’espace “Terres Arides et Oasis” au 6ème Forum Mondial de l’eau à Marseille
  • 2013 : organisation de la première rencontre internationale des oasis en Tunisie, et création d’une mallette pédagogique sur la thématique oasienne : exposition, jeu de carte collaboratif, vidéo “c’est pas sorcier”
  • 2013-2016 : Projet PACO3
  • 2014 : le CARI représente la société civile au conseil d’administration de l’Observatoire du Sahara et du Sahel
  • 2016-2020 : Projet PACO4
  • 2017-2019 : Projet GASSOM : Gestion Adaptative et Surveillance des Systèmes Oasiens du Maghreb
  • 2018-2019 : Projet TERO (implication des jeunes dans la résilience des communautés au changement climatique )
  • TEXTE FONDATEUR « L’APPEL DES OASIS »

En 2002, le RADDO interpelle les politiques sur les menaces pesant sur les oasis et  les solutions à mettre en place pour défendre ces écosystèmes spécifiques à travers le papier de position « appel des oasis ».

Retrouvez l’appel des oasis ici.

RADDO

Le RADDO : Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis

L’APEB fait partie du réseau RADDO Qui est un réseau international d’associations actives au Maghreb et au Sahel.Pour la sauvegarde des Oasis et la promotion du développement durable, lire la suite

Né en novembre 2001, il est en lien étroit avec les acteurs locaux, il est présent en Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Mauritanie, au Tchad et au Niger

 

 

 

BONNES PRATIQUES OASIENNES – GESTION PARTICIPATIVE DE L’EAU – MAROC

Des associations du RADDO de 4 pays vous présentent 5 bonnes pratiques efficaces menées dans les oasis ! Cinquième et dernière vidéo : A Tighfert au Maroc, la population participe de façon active à la gestion communautaire de l’eau dans l’oasis. Explications.

our pérenniser l’utilisation de l’eau pour toute l’oasis, la population agricole de l’oasis du Tighfert a mis en place et utilise un système ancestral de gestion de l’eau: les Khettaras. Cette technique ancestrale permet de capter l’eau dans la nappe phréatique et de la drainer par pente jusqu’à la sortie dans les palmeraies pour irriguer toutes les parcelles. Ce système ingénieux de canaux, ne nécessitant aucune énergie, permet de gérer la ressource d’eau sans gaspillage, en l’acheminant par canaux dans les parcelles. C’est par une gouvernance participative et une application stricte des règles par les agriculteurs que l’eau est gérée efficacement dans la communauté.

L’AOFEP vous fait découvrir cette bonne pratique oasienne de gestion participative en faisant une bonne pratique oasienne au Maroc.  Vous pouvez visionner la bonne pratique en version arabe sans sous-titres ou avec sous-titres français, voir le vidéo

BONNES PRATIQUES OASIENNES EN VIDÉO 4/5 – LUTTE PHYTOSANITAIRE AU NATUREL – ALGÉRIE

Des associations du RADDO de 4 pays vous présentent 5 bonnes pratiques efficaces menées dans les oasis ! Quatrième vidéo : dans les oasis de Beni-Isguen, du Ghoufi et du Ghout, les agriculteurs utilisent des méthodes ancestrales pour lutter contre les insectes et les maladies. Explications.

Pour préserver la nature et l’écosystème des oasis, les agriculteurs locaux pratiquent des techniques agricoles ancestrales, comme le traitement des maladies et des insectes par le sel. Utilisé de façon précise (en quantité et en période d’application), le sel permet un traitement des insectes ravageurs et des maladies qui peuvent affecter les palmiers, les arbres fruitiers etc. voir le vidéo